lundi 18 août 2014

Nos étoiles contraires de John Green.


Source: Babelio

Résumé :

Hazel a dix-sept ans et le cancer. Un jour elle rencontre Augustus, un bel unijambiste qui a lui aussi connu le cancer. Commencera entre eux une belle histoire d’amour, sous le regard de la mort, pleine de rire, de réflexion et surtout d’eux-mêmes.

Critique :

Je ressors bizarrement bouleversée par ce livre, comme bon nombre de lecteurs je pense. Mais cela ne m’étonne pas vu le sujet plutôt sensible qu’aborde ce livre. 

« Etre humaine, c'est avoir la chance de s'émerveiller devant la majesté de la création. »

J’avais d’abord très envie de lire ce livre mais j’ai ensuite eu peur que ce ne soit qu’une histoire d’amour pour midinette.

« L’univers adore que son élégance soit observée. »

Mais après une nuit de lecture j’en ai déduit la chose suivante : ce livre peut être simple, touchant et beau. Mais il peut aussi être profond, une grande réflexion sur notre place dans ce monde, ce que nous deviendrons et ce que nous ferons pour le devenir. Je ne suis pas sûr moi-même d’avoir compris tout ce qu’il peut transmettre. C’est une sorte de Voltaire pour ado.

« Tu es trop occupée à être toi-même, tu ne réalises pas que tu es exceptionnelle. »

Source: Au milieu des étincelles
La métaphore est importante pour Augustus et il y fait plusieurs fois référence mais je crois qu’au final ce livre est une métaphore. Même si l’univers n’est que cancer et que la mort prend une grande place dans les discussions, ce livre est un hymne à la vie. Un des plus beaux que j’ai lu. En effet cela m’a aidée à relativiser, à remettre mon bonheur à sa place et retrouver ma chance d’exister.

« Tant qu'on ne l'allume pas, la cigarette ne tue pas, a-t-il déclaré, quand maman est arrivée à ma hauteur. Et je n'en ai jamais allumé une seule de ma vie. C'est une sorte de métaphore. Tu glisses le truc qui tue entre tes lèvres, mais tu ne lui donnes pas le pouvoir de te tuer. »

Heureusement cette histoire ne tourne pas macabre grâce à l’humour. L’humour placé toujours au bon moment, qui ne considère pas la maladie comme un tabou, de l’humour intelligent, réfléchi, qui a du sens. Cela ne m’a pas empêchée de verser de nombreuses larmes.

« L’avenir me manquait. »

Source: Book Node
Je me suis beaucoup identifiée à la protagoniste alors que nous n'avons pas grand-chose en commun… Mais je crois que c’est là où se trouve tout le talent de John Green. Je me sentais malade, je me sentais aveugle - comme Issac, un de leur ami - je sentais mon corps fatigué et j’avais du mal à respirer alors que j’étais en réalité en pleine forme. Je suis complètement rentrée dans l’histoire et dans les personnages.

«  Il est infiniment difficile de garder sa dignité quand la lumière du soleil levant est trop vive à nos yeux en perdition. »

C’est aussi une autre vision du cancer, vision dont j’ai eu du mal à me faire. Je crois qu’une des choses les plus difficile dans ce genre de roman c’est de nous faire comprendre, rien qu’une seconde, l’état d’esprit de ces ados. Comment on vit en sachant qu’on est malade et qu’on va bientôt mourir ? Et bien ce sentiment je l’ai ressenti, mais cela ne m’a pas fait peur ou ne m’a pas rendue triste mais il m’a montré une autre philosophie de vie. 

« Le chagrin ne vous change pas, il vous révèle. »

Source: Childhood is better
Ce livre est une histoire de maladie mais avant tout d’amour, comment deux adolescents tombent amoureux. Deux adolescents bizarres qui réfléchissent et philosophent sur tout, même sur les œufs brouillés le matin. Deux ados hors des clichés et des sentiers battus, qui tentent de se faire une place et malgré les apparences ont du mal à assumer leurs différences tout simplement parce qu’ils sont des ados. Je les ai beaucoup aimés, ils m’ont redonné espoir dans la beauté du monde et des gens.

« La vie est belle Hazel Grace »

Alors je ne saurais vous dire si ce livre parle de lutte contre le cancer ou de deux amoureux, je crois qu’au final c’est un mélange des deux qui donne une œuvre sensible qui ne pourrait pas exister sans un des deux.

« Je suis amoureux de toi et je sais que l'amour n'est qu'un cri dans le vide, que l'oubli est inévitable, que nous sommes tous condamnés, qu'un jour viendra où tout ce qu'on a fait retournera à la poussière, je sais aussi que le soleil avalera la seule terre que nous aurons jamais et je suis amoureux de toi. »

Source: So busy girls
Ce livre à la particularité d’être très bien écrit avec des phrases sensées et recherchées mais il est aussi très facile à lire .Je trouve ça génial que de tel sujets, comme la maladie, l’amour, le deuil mais aussi l’espoir, le rêve, le sentiment d’abandon et le besoin de se souvenir soient accessibles si facilement par des ados.

La fin est surprenante et choquante, mais cela ne m’a pas déplu, car « Le monde n'est pas une usine à exaucer les voeux. ».

Conclusion :

Un récit extraordinaire sur l’amour avant tout, l’amour seulement. La vie et ses obstacles plus ou moins grands et l’espoir. La promesse inconsciente de vivre une belle et grande vie pour eux, mais aussi pour nous. Alors lisez ce livre car le monde est beau et les gens sont beaux et la vie est belle…


Avez-vous lu ce livre ? Qu'en avez-vous pensé ?

Prenez soin de vous !

2 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu ce livre mais j'ai vu la BA du film qui va bientôt sortir et ça m'a beaucoup donné envie de le voir. Maintenant, je sais que bien souvent les adaptions cinématographiques sont décevantes par rapport à tout ce qu'on s'était imaginé en lisant le roman, donc j'imagine que tu n'es peut être pas aussi tentée par le film. En tout cas, le roman a l'air très touchant et très intelligent !! Bises
    Zelda

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ton commentaire :)
    J'ai aussi vu le film et je vais bientôt faire un article dessus. Il n'est bien sûr pas à la hauteur du livre mais il est vraiment pas mal et si tu n'as pas lu le livre il est excellent !
    Bonne journée ;)

    RépondreSupprimer